Un peu d’histoire

Le Chantier Naval Agadir Founty héritière d’une tradition maritime…

Agadir n’est connue qu’à partir du XIIe. Elle tient son nom de l’usage d’entrepôt qu’elle était alors pour la tribu berbère des Mesguina – ou Ksima –, Agadir signifiant grenier collectif ou village fortifié.
Au XVIe siècle, João Lopes de Sequeira, un Portugais, y installe une pêcherie et des ateliers. Rapidement, une petite ville prospère voit le jour. Mais l’isolement et l’insécurité le contraignent à céder son affaire à Manuel 1er, roi du Portugal, qui y installe un comptoir commercial et édifie une forteresse baptisée Santa Cruz do Cabo de Aguer.
Face à cette invasion, Mohamed Ech – Cheikh et fondateur de la dynastie saâdienne, entreprend un siège de celle-ci. Six mois plus tard, le 12 mars 1541, il s’en empare enfin. En 1572, son fils Moulay Abdallah el-Ghalib, fait édifier la Kasbah qui domine encore l'océan.

En 1731, alors qu’Agadir et sa région prospèrent grâce à la culture de la canne à sucre et le commerce de produits manufacturés (armes et tissus) avec des Espagnols, Français, Hollandais et Anglais, la ville fait face à un premier tremblement de terre. S’en suivra le transfert des activités portuaires à Mogador (actuelle Essaouira) par le Sultan Sidi Mohamed Ben Abdallah, coup de grâce au Souss suite à son insoumission. Agadir décline et sa rade ne sera rouverte qu’en 1881.
Lors du protectorat, un incident militaire et diplomatique éclate entre la France et l’Allemagne : c’est le coup d’Agadir ! La France propose à l’Allemagne de lui céder une partie du Congo contre l’abandon de tout intérêt impérialiste sur le Maroc.

Propulsée sur la scène internationale, Agadir devient, pendant la Seconde Guerre mondiale, une étape incontournable pour l’Aéropostale. Saint Exupéry, Jean Mermoz, entre autres, y font escale avant de traverser de l’Atlantique.

À la fin du protectorat, Agadir est une municipalité tranquille jusqu’au 29 février 1960. À 23 h 47, un violent séisme d’une magnitude 5,7 sur l’échelle de Richter fait entre 12 à 15 000 morts et environ 25 000 blessés. Cela n’aura pris que 15 secondes !

Aujourd’hui, Agadir est une ville moderne, reconstruite selon des normes parasismiques obligatoires et compte environ 700 000 habitants.

Elle dispose de trois ports récents et modernes :

  • Le port de plaisance, ou marina, construite au bout de la corniche.
  • Le port de pêche, avec pour activité principale la pêche de la sardine.
  • Le port de commerce, entouré d'entrepôts, d'usines de conserverie et de congélation.


C’est au sein du port de pêche que le Chantier Naval Agadir Founty a installé ses ateliers et ses bureaux. Il tend aujourd’hui à diversifier ses marchés, avec le souci constant de construire et réparer des bateaux selon des normes très strictes pour permettre à ses clients de prendre la mer en toute sérénité.